Ouvrir/fermer le menu de recherche
AUXERRE

467 habitants/1 502 hectares

Gy-l'eveque-(1)

Mairie
41 route nationale
89580 GY-L'EVEQUE
Tél. : 03 86 41 65 61
Courriel : mairie.gyleveque@orange.fr

Ce village est situé au fond d'une vallée fertile arrosée par un petit cours d'eau, le Ru de Vallan.

A l'emplacement d'une villa romaine ont été trouvés les restes d'un four et des statues que l'on peut admirer au Musée archéologique d'Auxerre. Au Moyen Age, le village avait un rôle important : une forteresse (le château Gaillard) protégeait les terres des évêques d'Auxerre des incursions venues du sud ; un prévôt y rendait la justice et percevait les tailles pour tout le sud de l'Auxerrois.

L'église est un édifice important. Elle s'est effondrée deux fois : une première fois au XVIe siècle, en des circonstances encore inconnues aujourd'hui, et une seconde fois en 1924. En 1989, un toit a été reposé sur les ruines.

Construit à partir de 1854, le lavoir est une petite merveille. Ce bassin à impluvium fait songer à un cloître dont les colonnes seraient les solides poutres de bois qui soutiennent le toit. Au centre, un long bassin d'eau très claire. Au fond, une source bruyante ruisselle sur un goulet de pierre.

En face de l'église, le monument aux morts porte deux inscriptions gravées dans la pierre : du côté Sud " Guerre à la guerre ", et du côté Nord " Paix entre tous les peuples ". En 1923, la municipalité avait voulu exprimer son dégoût devant la guerre qui avait tué 23 enfants de la commune. Une vive polémique opposa alors le maire et le préfet.

  

Un peu d'histoire

Si l'occupation du site est attestée depuis l'Antiquité (grâce aux vestiges d'une villa romaine), le village doit son nom à la maison que se fit construire en ce lieu l'évêque de la paroisse, au 14ème siècle : la «Maison de l'évêque».
À cette époque, Gy-l'Evêque avait un rôle important dans la région car son prévôt y rendait la justice et percevait les tailles pour tout le sud de !'Auxerrois.
Son église Saint-Phal, construite au 13ème siècle, fut incendiée au 16ème siècle pendant les guerres de Religion, puis s'effondra à deux reprises, la seconde en 1924. Les habitants et paroissiens s'efforcèrent de reconstruire cet édifice frappé d'un destin pour le moins étonnant, aidés par le curé Verdier de Coulanges-la­Vineuse. Il reste dans l'église le fameux Christ aux orties trouvé dans les décombres par un bouilleur de cru, et des sculptures du tympan représentant saint Phal.
Dans le bourg on peut également admirer un lavoir couvert à colonnes en bois de 1854, qui fait plutôt penser à un cloître.